Accueil > Français > Frénésie bureaucratique versus conservation de la vie sauvage

Frénésie bureaucratique versus conservation de la vie sauvage



Il a fallu 5 ans au Congrès pour établir une loi pour la gestion des ressources naturelles qui ne s’applique pas alors même que la déforestation et le trafic de la vie sauvage augmente.

Ici une photo du marché de Lagunas pendant la semaine sainte ou traditionnellement on ne mange pas de viande mais paradoxalment du singe !. Le problème de la viande de brousse reste entier. Les autorités refusent d’intervenir même lorsqu’ il s’agit d’espèces menacées pourtant théoriquement protégées par la loi.

Bien que biologistes et botanistes aient démontré le rôle essentiel des primates dans la régénération de la forêt amazonienne la loi péruvienne ne considère que la gestion de la forêt à des fins exclusives de production et de rentabilité sans d’ailleurs parvenir à enrichir quiconque en dehors des compagnies forestières et leurs actionnaires.

Les enjeux et intérêts financiers autour du commerce du bois sont tels que la question de la protection des espèces menacées et de la biodiversité en général sont reléguées au second plan. Il ne reste qu’une bureaucratie obtuse et corrompue qui harcele les conversationnistes tout en fermant les yeux sur le trafic de la vie sauvage.


Plan du site | Espace privé | SPIP | © photos : Cyril Ruoso | soury! webdesign, développement de sites déploiement cms spip wordpress joomla