Accueil > Français > Ikamaperu en Colombie : Visite du projet Natutama

Ikamaperu en Colombie : Visite du projet Natutama



Lucy Molleson fait partie des amis de la première heure. Lorsque Ikamaperu recevait les premiers laineux confisqués dans son centre et demandait de l’aide c’est cette jeune britannique peintre, photographe et diplomée de l’Université d’Oxford en conservation de primates qui a mis son talent au service des laineux.

Huit ans plus tard Ikamaperu a deux centres de réhabilitation dont la Media Luna au cœur d’un remarquable écosystème aquatique.

Lucy, elle, travaille en Angleterre pour la WDCS (Whale and Dolphin Conservation Society ) un organisme qui nous a invités a découvrir le projet Natutama en Colombie consacré à la protection des écosytèmes aquatiques où tout comme a la Media Luna vivent dauphins roses et gris, manatis et tortues.

Le but : Protéger cette faune aquatique et leurs écosystèmes en partenariat avec les populations locales au Brésil et au Pérou en profitant de l’expérience d’un projet exceptionnel Natutama, dirigé par Sarita Kendall.

En compagnie de Lucy, Carlos et Hélène ont descendu le fleuve Amazone du Pérou à la Colombie, d’Iquitos à Puerto Nariño. Là bas ..Tout ce dont Ikamaperou reve depuis longtemps ! Un centre d’interprétation où sont représentés les écosystèmes ou vivent les espèces aquatiques du bassin de l’Amazone grace aux connaissances des communautés Tikunas et Cocamas qui ont aussi raconté les mythes d’origine de ces espèces dans leurs sculptures et peintures encouragés par Natutama et l’infatigable Sarita.

Nous avons eu l’incroyable privilège d’accompagner Sarita en canoé observer les bonds de joie des dauphins et les tetes noires de quelques mamans manatis avec leur petit. Sarita a réussi à faire des chasseurs de manatis (qui avaient mis cette espèce au bord de l’extinction) des partenaires de Natutama, des co-chercheurs consacrés au recensement des populations à l’observation de leurs comportements.

Nous avons également pu apprécier un remarquable travail d’èducation environnementale effectué par les jeunes Tikunas et Cocamas dans les écoles des communautés alentour... Un travail sur le long terme bien éloigné des projets furtifs et couteux de beaucoup d’ONG qui ne restent guere sur le terrain et engloutissent sans resultat durable des sommes gigantesques.

Pour faire fonctionner ce projet qui remunère 20 personnes et a permis la protection d’espéces menacées l’équivalent d’un bon salaire en Europe …4,000 euros !!

Un grand espoir pour Ikamaperu et surtout pour la population locale autour de Pacaya Samiria (également Cocama) qui souhaite préserver ce fabuleux trésor écologique .
Sarita a promis de nous rendre visite avec des amis Cocamas de Colombie qui se réjouissent de rencontrer des Cocamas du Pérou.


Plan du site | Espace privé | SPIP | © photos : Cyril Ruoso | soury! webdesign, développement de sites déploiement cms spip wordpress joomla