Accueil > Français > La résilience chez les primates

La résilience chez les primates



Tout primate est d’abord un animal social. Un primate seul n’est plus un primate. Les jeunes primates prélevés dans la nature connaissent d’abord la privation de la mère puis l’isolement et le confinement et enfin l’imprégnation avec l’être humain. Leur personnalité s’altère profondément et des troubles graves apparaissent comme la stéréotypie, la dépression, l’angoisse et l’agressivité et l’incapacité à tisser des liens avec sa propre espèce.
Mais chez les primates aussi existe la résilience, c’est le cas de Huimba une singe laineux Lagothrix lagotrichia, une des quatre sous espèces répertoriées de singes laineux. Récupérée sur la cote désertique du nord du Pérou, bien loin de sa foret natale elle a survécu de nombreuses années attachée au pied d’un arbre à peine nourrie et sans compagnie aucune.
Très amaigrie et déprimée a son arrivée à Ikamaperu , Huimba nous a tous surpris en montrant une grande joie à se trouver avec des compagnons de jeux. En quelques mois elle présente une prise de poids importante et un poil brillant. Dans quelque temps ce sera la semi liberte dans la foret du Shiringal qui a demontré etre un remede souverain contre la stereotypie et la depression.


Plan du site | Espace privé | SPIP | © photos : Cyril Ruoso | soury! webdesign, développement de sites déploiement cms spip wordpress joomla